84e goutte d’Emouna : Zivoug Min Hachamaïm (Le conjoint choisi du Ciel)

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH
26.02.20 – 1 Adar – 2e jour de Roch Hodesh Adar 5780 (84ème GOUTTE)

TEROUMA

Zivoug Min Hachamaïm (Le conjoint choisi du Ciel)

 

Chère famille,

Je souhaiterais rapporter un enseignement fondamental que j’ai reçu de mon Maître Rabbi Moshé ‘Halioua au nom du Rav Rappoport[1].

Cet enseignement est d’une importance capitale pour la réussite du couple.

La base de la paix du foyer est de penser sincèrement qu’Hachem nous a associé avec le conjoint qui nous correspondait le mieux. En effet, si on pense avoir nous même choisi, nous pouvons craindre d’avoir commis une erreur, tandis que si nous savons que cela vient d’Hachem, nous pouvons être certains que nous avons été uni avec le meilleur des conjoints.

Si les deux conjoints sont convaincus que c’est Hachem qui les a associés, ils ne se poseront pas toutes sortes de questions qui pouraient mettre en péril la pérennité de leur couple. Ils feront au contraire preuve de foi et traverseront ensemble les épreuves de la vie.

Le Talmud enseigne qu’Hachem est occupé une grande partie de la journée à associer les zivougim (les âmes sœurs). Ceci est effectivement tellement difficile que le Talmud déclare: « Kaché zivougo chel Adam kékriyate Yam Souf » « Retrouver son âme sœur est aussi difficile que l’ouverture de la mer rouge »!

Mon beau-frère, R’ Ytshac Nataf, m’a rapporté comment le Gaon de Vilna expliquait cette Guémara. Il soulignait le fait que lorsque la mer rouge s’était ouverte, les océans, mers, fleuves, rivières, bouteilles, verres et gouttes d’eau du monde entier s’étaient également séparés, et relevait ensuite la difficulté de recoller chaque goutte avec sa semblable qui est similaire au fait de rassembler  les âmes des Bné Israël qui ont été également séparées et éparpillées aux quatre coins du monde entier!!

Il est à présent difficile de comprendre pourquoi le Talmud rapporte (au premier chapitre du traité Brakhot) qu’on avait l’habitude de demander au ‘hatan s’il était « Matsa ou Motsé », ce qui signifiait  « matsa icha matsa tov » ou « motsé icha mar mi mavète », « Fais-tu parti de la catégorie des gens qui ont mérité que s’applique sur eux le verset: « Il a trouvé une femme, il as trouvé le bien » ou bien « Il a trouvé une femme, plus amère que la mort»? »

Si cela vient du Ciel, comment est-il effectivement possible de faire partie de la seconde catégorie ? La réponse, mes chers frères, est que tout dépend de comment nous regardons la chose. Si on pense que c’est nous qui avons choisi notre âme sœur, nous pouvons avoir l’impression d’avoir commis une grave erreur, tandis que si nous savons que c’est Hachem Qui nous a associés, nous ne voyons plus que le bon côté.

Qu’Hachem nous aide à nous convaincre que chacun a reçu la meilleure néshama pour aboutir à la mission qu’Hachem nous a confiée dans ce monde.

[1] qui enseigne à la Yeshiva Beth Matitiaou de Bné Brak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.