3e goutte d’Emouna : S’éloigner du mauvais voisin mais rester proche de lui

BÉCHEM HACHEM NA’ASSÉ VÉNATSLIAKH
5.11.19 – 7 Mar ‘Hechvane 5779 (3ème GOUTTE)

LÉKH LEKHA

 

S’éloigner du mauvais voisin mais rester proche de lui

 

Nous voyons dans notre paracha, chapitre 13, la fuite d’Avram, Sarah et Lot, d’Égypte. Les égyptiens, ayant des mœurs dépravées, pour préserver Sarah, Pharaon fait escorter Avram et sa famille jusqu’à la sortie du pays, après avoir essayé de séduire Sarah et avoir été puni par Hachem.

Le verset 6 nous précise que le pays de Beth El, où ils décidèrent de camper n’était pas assez vaste pour contenir, à la fois le bétail d’Avram et celui de son cousin Lot, tant ils avaient été comblés matériellement par Hachem.

Éclata alors une querelle entre les bergers d’Avram et les bergers de Lot. Rachi nous explique, au nom du Midrach Rabba (41,5), que les bergers de Lot étaient des impies, ils faisaient paître leurs bêtes dans les champs d’autrui, tandis que les bergers d’Avram leur reprochaient de commettre des vols. Avram eut alors une réaction exceptionnelle et fut prêt à renoncer à la terre au nom de la paix.

Chapitre 13, versets 8-9, Lékh-Lekha : « De grâce, qu’il n’y ait pas de querelles entre moi et toi, et entre mes bergers et les tiens, car nous sommes frères. Tout le pays n’est-il pas devant toi ? De grâce, sépare-toi de moi ! Si tu vas à gauche j’irai à droite, et si c’est à droite, je prendrai à gauche. »

Rav Heymann, Roch yéchiva d’Épinay sur Seine, dans un cours magistral intitulé « L’orthodoxie mène-t-elle à l’intolérance ? » fait remarquer la grandeur d’Avram dans sa déclaration.

D’un côté, il n’a pas le droit de rester aux côtés des bergers pervers de Lot, conscient de la mauvaise influence qu’ils pourraient exercer sur ses propres bergers, dont il a la charge et la responsabilité.

D’un autre côté, le fait qu’il soit contraint de se séparer de mauvais voisins, (même si c’était son cousin), ne va pas le conduire à les haïr pour autant.

Même s’il pense que leurs actions sont abjectes et méprisables, il continue d’aimer Lot, mais pas au péril de son service divin !

Nous comprenons de là : « Si tu vas à droite, j’irai à gauche » et inversement, Avram sous-entend à Lot, qu’il sera toujours à ses côtés s’il décide de se ranger dans le chemin de la vertu. C’est la raison pour laquelle Avram lui précise sa localisation géographique, au cas où il déciderait de se repentir.

Nous voyons par ailleurs la grandeur d’âme d’Avram, qui fut prêt à se mettre en danger, pour aller libérer son cousin Lot, lorsqu’il fut pris en otage à Sodome et Gomorrhe. Il livra une bataille contre toute la ville pour sauver la vie de Lot.

Nous tirons un principe de vie, de cet événement. On ne peut risquer sa vie spirituelle, en se mettant en danger du fait des influences néfastes, que peuvent exercer sur nous ou nos enfants, des frères qui se sont perdus.

En revanche, nous devons toujours leur tendre la main s’ils veulent revenir vers Hachem. Nous devons être en cela à l’image d’Hachem, toujours prêts à recevoir ceux qui veulent se repentir et les aider dans cette démarche décisive.

Que nous ayons le mérite d’avoir cette sagesse et cette grande tolérance pour rapprocher nos frères de la Source de Lumière du monde, sans nous égarer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.