265e goutte d’Emouna : Le salaire inestimable des mitsvot

BÉCHEM HACHEM NA’ASSÉ VÉNATSLIAKH
11.09.19 – 11 Eloul 5779 (265ème GOUTTE)

KI TETSÉ

 

Le salaire inestimable des mitsvot

 

Nous voyons dans notre paracha la surprenante mitsva de chiloua’h haken, (Chapitre 22, versets 6-7) :

« Si tu rencontres en chemin, un nid d’oiseau sur tout arbre ou à terre, avec des oisillons ou des oeufs, et que la mère repose sur les oisillons ou sur les oeufs, tu ne prendras pas la mère avec les petits. Renvoyer, tu renverras la mère, et les petits tu les prendras pour toi, ainsi, tu seras heureux et tu prolongeras tes jours. »

Nos commentateurs nous disent que ce commandement fait partie de ceux qui allongent la vie de l’homme, dans le ‘olam hazé et dans le ‘olam haba.

Il en va de même pour la mitsva de kivoud av vaém, du respect des parents.

Cette mitsva du nid est incompréhensible.

C’est un ‘hok de la Tora : loi sans explication. Elle n’est pas si difficile à accomplir et le Talmud dans ‘Houlin, nous explique que l’on doit la faire, que si l’on rencontre un nid par hasard, c’est à dire qu’on n’a pas le droit d’acheter un nid, pour accomplir la mitsva. En d’autres termes, ce commandement s’effectue sans préparation, sans trop d’efforts.

Rachi rapporte à cet effet, le Traité ‘Houlin (142a) :

« Si la Tora te promet qu’il te sera fait du bien, et que tu prolongeras les jours de ta vie, pour une mitsva facile et qui ne te coûte rien, il en sera ainsi, à plus forte raison, pour la récompense des mitsvot difficiles. »

On peut se demander pourquoi les Sages de la Guémara ont besoin de nous enseigner cet élément, qui ne semble pas apporter de précisions relatives à l’accomplissement du commandement.

Mon Rav, ma lumière, Rabbi Imanouel Tolédano, m’avait enseigné un jour que les Sages de la Guémara, cherchent à chaque instant à nous donner du courage pour accomplir la Volonté du Créateur, car le talmud nous dit dans Brakhot, que l’étude de la Tora et l’accomplissement des commandements, nécessitent un encouragement perpétuel.

Nous vérifions également dans le verset 8, cette même allégation :

« Quand tu construiras une maison neuve, tu feras un parapet, à un toit, et tu ne placeras pas de sang dans ta maison »… pour empêcher une personne de tomber.

Rachi nous explique le lien qui existe entre les versets, pour nous encourager.

 

Si tu accomplis la mitsva de renvoyer la mère, un jour viendra où tu construiras une maison neuve, et où tu observeras le mitsva du parapet.

 

Car toute mitsva crée l’occasion d’en observer une autre. Et tu en viendras à un vignoble, (Verset 9), à un champ (verset 10) et à de beaux vêtements (Verset 11).

Il est vrai qu’il faut accomplir les commandements, parce qu’Hachem nous a ordonnés de le faire, mais le yetser hara’ étant puissant, Hachem et les Sages de la Tora nous encouragent, afin de remporter la guerre de toute une vie, qui est d’accomplir toutes les mitsvot de la Tora.

Que nous ayons tous cette force et alors nous aurons la garantie du bonheur dans les deux mondes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.