258e goutte d’Emouna : Protège Ton Bet Hamikdach !

BÉCHEM HACHEM NA’ASSÉ VÉNATSLIAKH
02.09.2019 – 2 Eloul 5779 (258ème GOUTTE)

CHOFTIM

 

Protège Ton Bet Hamikdach !

 

Voyons aujourd’hui un extrait des quelques gouttes de Lumière pour l’Éternité sur la paracha de la semaine : Choftim : Eloul : le mois où la force de la prière est décuplée.

La paracha de la semaine, nous apporte des éléments sur la force de la téfila :

 

« Choftim véchotrim titene lekha bekhol ché’arékha acher Hachem Elokekha notène lekha lichvatekha vechaftou ète ha’am michpate tsedek. »

 

« Des Juges et des policiers, tu établiras aux portes de toutes tes villes, qu’Hachem Ton D. te donne, selon tes tribus, ils jugeront le peuple avec justice. »

 

Les commentateurs posent une question bien connue :

 

Pourquoi « Titen lekha » – « Tu établiras » est au singulier et non pas au pluriel « vous établirez » ?

 

Le Lév Éliyahou, au nom du Chlah Hakadoch, dit que c’est en réalité, un message qui s’adresse à chaque juif, pour lui indiquer comment il doit vivre.

 

Il doit utiliser les « gardiens » qu’Hachem a placés devant chacun de ses sens, afin de ne pas fauter : les paupières devant ses yeux pour ne pas regarder de choses interdites par la Tora, les dents et les lèvres devant la bouche, pour la préserver de propos médisants, la difficulté est telle que deux moyens sont nécessaires…, qu’Hachem nous a parés d’un double rempart, pour ne pas fauter.

 

En donnant un cours à Natanya, hier soir où nos cœurs ont été envahis d’une joie intense et infinie, grâce à la lumière de notre Tora, nous avons découvert un nouveau ‘hidouch, pour développer cette pensée.

 

En fait, devant chaque porte nous devons installer des juges et des policiers.

 

L’homme est porteur de l’étincelle Divine, il peut être un véritable Bet Hamikdach, ainsi qu’il est écrit :

 

« Vous me ferez un sanctuaire et je résiderai en eux » c’est-à-dire dans chaque membre du peuple juif, qui est apte à recevoir en lui la présence Divine.

 

Pour ce faire, il faut préserver et protéger ses portes, ses sens, pour empêcher le terroriste international qu’est le yetser hara’, d’entrer dans notre forteresse, dans notre for intérieur.

 

La paracha poursuit :

 

« Lo tikah’ chokhad, … ki achokhad yé’aver éné ‘hakhamim vissalef divré tsaddikim. »

 

« Tu ne recevras pas de corruption, car cette dernière aveugle les yeux des Sages et compromet les paroles des justes. »

 

Les commentateurs disent que ces mots renvoient non seulement aux juges mais également à chaque homme.

 

On parle ici au gardien des portes, en le sommant de ne pas accepter les présents corrupteurs du yetser hara’, qui tente, à chaque instant, de s’immiscer en nous, afin de souiller notre Bet Hamidkach.

 

L’étude de la Tora et du Moussar, nous permet d’être vigilants à chaque instant et de lutter de toutes nos forces pour permettre à Hachem de résider en nous, et être ainsi porteurs de l’infini et de la Lumière pour l’Éternité.

 

C’est là, notre défi ! Répondre toujours présents aux commandements d’Hachem !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.