219e goutte d’Emouna : La durée de Vie : Fixée à la naissance ?

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH
04.07.19 – 1 Tamouz 5779 (219ème GOUTTE)

 

La durée de Vie : Fixée à la naissance ?

 

Chère famille,

 

Il y a quelques jours je recevais une question intéressante d’un de nos jeunes amis fidèle lecteur de la goutte de Lumière : « Il est connu d’après notre Tradition, que lorsque l’homme vient au monde, il a un passeport qui fixe la durée de son existence, et qui dispose de la date à laquelle il doit remonter dans le monde de la Vérité. Si c’est ainsi, demandait-il, est ce que le fait de fumer ou de boire n’a pas de répercussions sur cette durée de vie ? »

J’ai questionné notre grand Maître, Rabbi Makhlouf F’hima[1], et il m’a répondu de la façon suivante.

Il est vrai que le Midrash nous enseigne que la durée de vie de l’homme est fixée lorsqu’il vient dans ce monde. Le Talmud[2] dit que 40 jours avant que l’homme ne vienne au monde, on décide du programme que sa Neshama aura à accomplir, et des armes dont il sera doté pour remplir cette mission. Sera-t-il riche ou pauvre, grand ou petit, beau ou laid, intelligent ou bête ? Et la Guémara de conclure, seule la crainte du Ciel sera laissée à son libre arbitre, ainsi qu’il est écrit : Akol Bidé Chamaïm, Houts Miirate Chamaïm : « Tout dépend du Ciel, sauf la crainte que nous avons du Ciel ».

La durée fixée est donc relative et n’est pas absolue. Si quelqu’un ne respecte pas son corps, et se met en danger, il pourrait vivre moins que ce qu’Hachem a prévu pour lui. La prévision d’Hachem est s’il vit normalement en respectant le commandement de la Tora « de faire très attention à son corps et à son âme ». S’il se jette par la fenêtre, Has Veshalom, il est certain qu’il ne vivra pas le temps prévu.

J’ai demandé au Rébbé si l’on pouvait vivre plus que la durée initiale prévue par Hachem. Il m’a répondu, que oui, il était possible de vivre plus longtemps, comme nous l’enseigne le Talmud[3], si jamais l’homme prend sur lui le joug de la Tora, et consacre sa vie à l’étude de la Tora, il pourra hériter des années de vie gaspillées par les impies qui quittent le monde prématurément.

Tout est donc entre nos mains, travailleurs et étudiants en Tora ou étudiants en Tora uniquement, la Tora peut nous accorder la longévité comme il est dit dans les bénédictions du Chéma’ que nous lisons le soir: « Ki Em Hayénou véorekh yaménou » « Les paroles de la Tora sont notre vie, elles procurent la longévité de nos jours ».

Shabbat Shalom

[1] décisionnaire des Séfaradim à Bné Brak, avec lequel j’ai la chance d’étudier chaque matin

[2]

[3] Traité Haguigua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.