218e goutte d’Emouna : Recherche la gloire d’Hachem

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH
03.07.19 – 30 Sivan 5779 (218ème GOUTTE)

 

Recherche la gloire d’Hachem

 

Chère famille,

Nous avons évoqué cette semaine la chute de Korah’ et de son assemblée constituée de 250 présidents de Tribunaux Rabbiniques, qui furent enrôlés dans cette guerre du pouvoir.

Nous devons à la lumière ou plutôt à l’obscurité de leur comportement tirer des enseignements forts.

Il convient tout d’abord de rappeler que Korah’ était l’un des hommes les plus riches de sa génération. Il était d’une noble famille, et était doué du Rouah’ Hakodech, c’est-à-dire de l’inspiration Divine, que très peu d’hommes méritent sur terre. La preuve est que ce qui l’a induit en erreur et a été à l’origine de son expulsion de ce monde, est le fait qu’il avait vu dans ses visions surnaturelles, que de lui descendrait le prophète Shmuel que la Tora décrit comme valant Moshé & Aharon réunis. Il s’est donc dit : « ce n’est pas possible qu’un tel Tsadik soit mon descendant, et que je n’ai pas une place de choix dans la hiérarchie du peuple d’Israël ». En effet, il pourvoyait au début à la place de Président de la Tribu de Kéhat, (Leviim), puis il espérait prendre la place d’Aharon Hacohen.

Nous devons répéter ici, que les motivations profondes qu’il avait étaient purement d’ordre personnel, même si elles étaient déguisées sous une apparence spirituelle. Rabbi Makhlouf F’hima, mon maître m’a transmis ce commentaire.

Ici, la Tora nous prévient que l’homme le plus grand de sa génération, se verra toujours poursuivi par son Yetser Hara de la recherche des honneurs. S’il ne lutte pas contre lui, il a beau être le plus grand du monde, il tombera. Le remède à cette maladie qui menace tout un chacun, est de toujours chercher à œuvrer pour la gloire d’Hachem et non pas pour notre honneur et pour la satisfaction de notre ego.

Les explorateurs dans la Paracha de la semaine dernière, sont eux aussi tombés pour les mêmes motifs de la poursuite des honneurs, et de l’amour du pouvoir. Ils savaient qu’en entrant en Terre d’Israël, ils céderaient leur place de Leader à des successeurs. Ils ont alors médit de la terre d’Israël et menti au peuple pour conserver leur pouvoir. Voilà comment une poignée de dirigeants peut maintenir tout un peuple dans la souffrance pendant 40 années d’errance dans le désert, ne pouvant lutter contre ce redoutable amour du pouvoir.

Mon Maître, ma lumière Rabbi Imanouel Tolédano, m’a raconté une histoire merveilleuse, pour nous montrer la grandeur de nos Maîtres du peuple Juif. Un jour, le Beth Halévi, Rav Yoshé Beer Solovetchik Zatsal, qui était le Rav de Brisk, il y a plus d’un siècle, était en direction du congrès des grands de la génération desquels il faisait partie, qui devaient être réunis en Europe de l’Est.

Sur le chemin, alors qu’il était à bord de sa calèche, un homme étrange arrêta son cocher pour voir qui occupait la diligence. Il vit ce Rav à la longue barbe, et lui dit « Encore vous les juifs, qui n’avaient pas pitié de vos frères. Je connais un juif qui est laissé à l’abandon, dans le froid, la pauvreté et le désarroi, dans ma ville, pas un de vous ne s’occupe de lui ».

Le Rav demanda à son cocher de changer de direction et de se rendre à la maison de ce misérable. Le Rav trouva avec l’aide du Ciel cette maison, et vit en effet cet homme dans une situation préoccupante. Il alla acheter du bois, alluma un feu, acheta un poulet et des pommes de Terre, et prépara un bouillon de poulet qu’il lui donna lui-même à la petite cuillère. Peu à peu, il vit cet homme agonisant, revivre, et au bout de 3 jours, le Rav lui laissa son manteau de fourrure en lui disant, que lorsqu’il se sentirait mieux, il lui rapporterait à Brisk.

On ne peut imaginer la grandeur de cette action de ce maître de la génération envers cet inconnu. Il était alors attendu à ce congrès où le Yetser Hara ne cessait de lui dire de se rendre, car sa présence était absolument requise, les plus grandes questions allaient y être évoquées et on avait besoin de ses compétences pour les trancher. Le Rav s’est concentré pour savoir où Hachem l’attendait, et il choisit de se rendre dans l’ombre pour soutenir et faire revivre cette âme esseulée du peuple d’Israël.

Si Korah’ avait recherché lui aussi la gloire et la Volonté d’Hachem, alors il aurait dû se sentir autant honoré de s’occuper des plus petits ustensiles de la Maison d’Hachem, que d’en être le chef. Voilà comment nous pouvons savoir si nous avons compris pourquoi nous sommes dans ce monde : pour rechercher les honneurs, ou pour répandre la Gloire d’Hachem. Que nous ayons le mérite d’être toujours des seconds, afin que la Gloire Divine se dévoile de nos jours, Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.