216e goutte d’Emouna : Œuvre-t-on pour la Gloire du Patron ?

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH
01.07.19 – 28 Sivan 5779 (216ème GOUTTE)

 

Œuvre-t-on pour la Gloire du Patron ?

 

Chère famille,

            Suite à nos gouttes de Lumière précédentes, une question demeure[1].

Nous avons dénoncé que la chute de Korah’ et de son assemblée était liée au fait qu’ils poursuivaient des intérêts personnels et qu’ils ne recherchaient pas à répandre la gloire d’Hachem.

Comment pouvons-nous affirmer une telle chose ? Peut-être que cette querelle visait à mieux servir Hachem, à pouvoir l’honorer avec plus de pouvoir. Pourquoi nos Sages dénoncent cet agissement comme une recherche des honneurs, alors qu’ils font l’éloge d’Aharon dans la Paracha Beahalotekha ? Pourtant, nous avions vu la tristesse d’Aharon dans le 1er Rachi, du fait de n’avoir pas été choisi par Hachem pour apporter des sacrifices à l’occasion de l’inauguration du tabernacle, comme les princes de toutes les autres Tribus.

Comment se fait-il qu’Hachem soit venu le consoler et le récompenser en lui attribuant l’allumage de la Ménorah ? Peut-être pouvions nous le soupçonner comme nous le faisons pour Kora’h d’être en quête des honneurs et des intérêts personnels !

La réponse à cette question est simple. J’espère qu’elle est conforme à la Vérité d’Hachem. Je pense que la différence majeure qui existe entre ces 2 personnages est leur comportement face à l’épreuve.

Aharon, lorsqu’il a vu qu’il n’avait pas été choisi par Hachem, pour avoir ce grand privilège, est resté digne, et a accepté avec amour la décision de l’Eternel. La preuve en est qu’il n’a pas prononcé la moindre parole contre l’Eternel, qu’il n’a pas cherché à susciter au sein du peuple un mouvement de solidarité pour sa cause, et qu’on le prenne en compassion face à ce qu’il aurait pu faire passer pour une injustice. De là nous voyons que ses motivations étaient pures et intégralement pour la Gloire d’Hachem, qu’il aurait voulu pouvoir mieux honorer.

A l’inverse nous voyons le comportement de Korah’ face à l’épreuve, il s’est complètement détaché du Service Divin, en cherchant à semer la discorde au sein du peuple Juif, en se moquant de Moshé Rabénou et en tournant en dérision les commandements de la Tora. Celui qui entraîne avec lui le peuple dans la querelle montre qu’il n’œuvre pas pour le peuple et pour la gloire d’Hachem mais seulement pour satisfaire ses intérêts personnels et égoïstes.

Ainsi nous voyons que deux comportements en apparence similaires peuvent être en réalité aux antipodes l’un de l’autre. Nos motivations sont dévoilées par le mode d’action qu’on choisit au moment de l’épreuve.

Voilà comment un homme peut s’avérer être un grand, en restant dans la dignité et la résignation attendant son heure, ou se faire expulser du monde s’il ne parvient pas à surmonter le Yetser Hara de la poursuite des honneurs.

Que nous ayons le mérite d’œuvrer tel Aharon Hacohen, qui s’est d’ailleurs toute sa vie illustré dans ce domaine, puisque nos Sages nous disent dans les Maximes des Pères[2] : « Sois un discipline d’Aharon, aime la paix et poursuis la ».  Si l’on fait ainsi, on montrera que ce qui nous importe dans ce monde est l’intérêt général confondu à celui de Notre Créateur.

[1] Elle m’a été posée par un de mes camarades de la Yeshiva, Ephraïm Ankawa.

[2] Avoth 1,12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.