188e goutte d’Emouna : Le salaire infini des Tefiline

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH
15.05.19 ‐ 10 Iyar (188ème GOUTTE)

 

Le salaire infini des Tefiline

 

Il me tenait à cœur de vous transmettre un cadeau, un secret, une révélation merveilleuse que j’ai découvert il y a quelques temps alors que j’étudiais les Halakhote dans le Kitsour Choulkhan Aroukh, de notre Maître Rabbi Baroukh Toledano Zatsal, qui fut l’un des plus grands tsadikim et Av Beth Din de Meknès.

                                                         

Les Téfiline, une source de bénédictions

Il rapporte les paroles de nos sages dans le Talmud: « Tout celui qui met les Téfiline, se pare du Talith, lit le Shéma et fait sa Téfila, a l’assurance d’avoir sa part au monde futur ». Abbayé dit : « Je me porte garant que le feu du Géïnam n’aura pas prise sur lui ». Rav Papa, dit : « Je me porte garant que toutes ses fautes seront effacées ». Le Kaf Ha’haïm nous dit que toutes ses promesses sont valables, si jamais l’homme est prudent et respectueux de ses Téfiline, qu’il n’entretient pas des pensées impures, et qu’il ne s’entretient pas de conversations futiles alors qu’il porte ses Téfiline, desquels la Halakha nous exhorte à ne pas détourner notre pensée.

Rabbi Makhlouf F’hima précise également, que tous ces mérites présupposent que l’on ait abandonné les fautes qu’on a pu commettre (A D’ ne plaise) par le passé.

 

Les Téfiline, une Mitsva expiatoire

Nos Sages de mémoires bénies poursuivent : Les Téfiline de la tête expient les fautes de l’orgueil et du regard hautain, ceux du bras expient quant à eux, le meurtre et tous ses dérivés.

 

Une condition : s’efforcer de pratiquer au mieux cette mitsva

Pour toutes ces raisons, un homme doit se lancer à la recherche des meilleurs téfiline, ainsi qu’il est dit au sujet des objets de culte dans la Tora[1] : « C’est mon D’ et Je veux l’embellir ». Ceci sous-entend qu’il faut rechercher un Soffer professionnel doté des matériaux de meilleure qualité, et surtout d’une crainte du Ciel exceptionnelle, afin que son écriture permette à la Mistva d’être agréée devant l’Eternel.

En voyant, combien cette Mitsva est chère aux yeux d’Hachem, nous devons être prêts à investir pour elle, financièrement, et ensuite, une fois que nous avons acquis les meilleurs Téfiline, nous devons veiller à ce que plus un jour de notre vie (à l’exception du Shabbat, des fêtes et de Hol Hamoed) ne passe sans que nous ayons accompli cette mitsva au salaire infini.

Nous connaissons des scribes de grande valeur, nous tâcherons de répondre au mieux à vos attentes pour vous aider à pratiquer ce commandement de la meilleure façon.

[1] Chémot 15,2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.