184e goutte d’Emouna : La foi fixe la destinée

BÉCHEM HACHEM NA’ASSÉ VÉNATSLIAKH
11.07.21 – 2 Av 5781 (184ème GOUTTE)

 

La foi fixe la destinée

 

Le Livre de Dévarim commence par des paroles de réprimandes, adressées par Moché Rabénou à toute la communauté d’Israël.

Elles furent prononcées peu avant que ce dernier ne regagne le monde de la Vérité, ainsi que nous l’explique le Midrach Sifri. Il apprit cette règle de bonne conduite de Ya’acov Avinou, qui morigéna ses fils, juste avant de rendre son âme à Hachem.

Quatre raisons sont avancées, parmi elles, le fait de ne pas avoir à blâmer à nouveau une personne, qu’on aurait blâmé au préalable, ou encore, afin que celui qu’on a blâmé n’ait pas honte en rencontrant à nouveau l’auteur du blâme…

« Regarde je vous ai livré ce pays, allez et prenez possession du pays qu’Hachem a juré à vos pères, Abraham, Yits’haq et Ya’acov, de donner à eux et à leur postérité après eux.»(Chapitre 1, verset 8)

On se demande comment quarante ans, avant la prise de possession de la Terre Sainte, Hachem a pu parler ainsi, surtout si l’on pense à ce que dit Rachi : « Allez et prenez possession, nul ne vous opposera de contestation et vous n’aurez pas à livrer bataille. S’ils n’avaient pas envoyé d’explorateurs, ils n’auraient pas eu besoin d’armes. »

Nous voyons d’ici une base de la Providence Divine, à savoir que le destin du peuple juif dépend de sa foi.

Si l’on croit d’une foi parfaite en Hachem, alors Il intervient Seul pour nous. Et si nous croyons d’une foi imparfaite, alors nous avons plus besoin d’intervenir.

Les grands dépositaires de la foi et de la confiance en Hachem, sont ceux qui se retirent au maximum, pour laisser opérer l’Éternel, et c’est ainsi que Son Nom est sanctifié parmi Ses enfants.

Pour ce faire, il faut être porteur d’une grande humilité et savoir que nous ne sommes que des figurants, qui voilons le miracle d’Hachem, qui réside en chaque chose.

Celui qui agit dans ce sens, gagne considérablement, puisqu’il fait moins d’efforts matériels, et voit la Providence d’Hachem dans les moindres événements.

Lorsqu’on pense agir tout seul, on est envahi d’un sentiment d’insécurité.

En revanche, lorsque l’on se remet entre les mains du Tout-puissant, le bien-être et la sécurité nous habitent.

Ce niveau est dur à atteindre, mais il faut aspirer et intégrer cette notion, qu’Hachem dirige tout. C’est là, le sens de la vie de l’homme sur terre.

Il en va de même pour les méraglim. Ils explorèrent le pays par manque de foi, et privèrent toute la génération d’entrer en Terre Sainte.

Le Midrach reproche à Ya’acov (à son niveau) ces tentatives de rapprochement, lorsqu’il retrouva ‘Essav après plusieurs années de séparation, en connaissant son désir farouche de lui nuire.

Rav Samuel nous avait rapporté le Midrach qui dit :

« Quand un chien dort, ne le réveille pas pour lui demander si tu peux passer »

Si l’on est certain qu’Hachem nous protège, nous n’avons pas besoin de trouver grâce aux yeux de nos ennemis, nous devons faire comme s’ils n’existaient pas, et Hachem s’occupera d’eux.

Que nous ayons le mérite de nous dépasser dans le domaine de la foi, afin d’obtenir la protection du Tout-Puissant et son dévoilement dans nos vies !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.