144e goutte d’Emouna : Encore une clé pour recevoir la Tora : Pourquoi le peuple juif a-t-il été élu ?

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH
12.05.21 – Roch hodesh Sivan 5781 (144ème GOUTTE)

 

Encore une clé pour recevoir la Tora : Pourquoi le peuple juif a-t-il été élu ?

 

Chère famille,

A quelques jours de Shavouot, en cette dernière ligne droite, voyons encore une des clés qui a permis au peuple juif d’être élu par Hachem et qui nous permettra de recevoir à nouveau la Tora Béézrate Hachem[1].

Un Midrash bien connu, rapporte que lorsque Hachem proposa la Tora aux peuples et Nations, aucun n’accepta de la recevoir. Il proposa aux ancêtres des Ichmaélim (arabes) : « Voulez recevoir Ma Tora » ? « En quoi consiste-t-elle, demandèrent ils » ? Hachem leur dit alors : « Tu ne voleras point ». Ils répondirent : « c’est impossible pour nous, le vol n’est pas quelque chose de si répréhensible dans nos mœurs, il fait partie intégrante de notre nature, nous ne pouvons pas nous engager sur ce point trop contraignant ».

Il en fut de même avec les ancêtres d’Essav, qui demandèrent à Hachem en quoi consistait sa Tora ? Hachem leur dit : « Tu ne tueras pas ». Ce à quoi ils objectèrent qu’eu égard à leur nature sanguinaire, et aux persécutions qu’ils devraient perpétrer à l’avenir du fait de leur soif de domination et de conquête, ils ne pourraient remplir cette clause.

Un autre peuple se vit proposer la Tora par Hachem qui leur dit : « La Tora consiste à ne pas commettre d’adultère ». En entendant ce commandement, ils refusèrent, prétextant que pour eux, l’adultère faisant parti des mœurs et de leur nature profonde, ils n’étaient pas en mesure de se battre contre eux même pour recevoir la Tora.

Hachem proposa enfin la Tora au Peuple d’Israël qui sans demander en quoi consistait cette dernière, répondirent au Tout Puissant unanimement, comme un seul homme, comme un seul cœur : « Naassé Venichma’ »[2] : « Nous ferons et nous comprendrons ».

Mon Maître Rav Yossef Bentata, posait toujours une question devant ce Midrash des plus célèbres. Pourquoi Hachem qui s’illustre par habitude, comme un Père miséricordieux et  juge toujours ses enfants avec des circonstances atténuantes, est venu cette fois ci demander de chaque peuple précisément le point qu’il n’était pas apte à surmonter. D’habitude, Hachem regarde ce que l’on peut faire, Il ne s’attache pas qu’à ce que l’on n’est pas en mesure d’accomplir. On dirait que les dés étaient pipés d’avance.

La réponse à cette question est merveilleuse ma chère famille, et constitue une des bases fondamentales qui nous permettra de mériter la Tora.

Hachem souhaitait que la relation entre la Tora et son fiancé soit éternelle. En effet, la Tora étant la fille unique d’Hachem, Il ne pouvait se « tromper » sur le choix qu’il ferait du prétendant à la Tora. Rav Bentata nous dit, quand a-t-on la garantie qu’un homme et son ami ne se sépareront jamais ? C’est lorsqu’ils sont prêts à se concéder réciproquement la chose qui leur est la plus chère. Dès lors nous savons que comme ils ont investi d’eux même dans la relation, ils s’attacheront pour la vie, l’un à l’autre.

Hachem ayant concédé la chose qui lui était la plus chère, sa fille unique la Tora, il fallait que le Hattan soit prêt à faire de même, c’est pourquoi il demanda à chaque peuple d’abandonner ce à quoi il tenait le plus.

En quoi Naassé Venichma’, est-il le point le plus cher aux enfants d’Israël demanderez-vous ? En fait, le peuple juif est le peuple de l’esprit, le peuple de l’intellect, du livre et de l’instruction. C’est pourquoi le fait que nous ayons accepté de sacrifier notre intellect et notre réflexion si précieux, sur l’autel de la Volonté d’Hachem, représente le plus beau de tous les sacrifices. C’est la raison pour laquelle Hachem nous a choisis comme Ses enfants pour l’Eternité pour le mariage avec la Tora.

Le Rav déduisait d’ici, quand savons-nous qu’un étudiant réussira dans la Yeshiva et deviendra une lumière d’Israël, ou un homme plus largement deviendra un grand Tsadik ? C’est lorsqu’il sera prêt à ne pas chercher à se justifier quand son Rébbé lui fera une réprimande. Il pourrait à cet instant, lui répondre 36000 réponses, au fait de savoir pourquoi il n’était pas à la Téfila le matin, par exemple : « j’avais de la fièvre, j’ai mal dormi, mon réveil s’est éteint… » Du moment, où il accepte la réprimande avec amour pour se parfaire et sans chercher à se justifier, il répond « Je ferai et je comprendrai » comme ses ancêtres, il a alors la garantie de réussir sa mission dans son monde. Que nous en ayons tous le mérite avec l’aide du Ciel.

 

 

[1] Ce cours existe en version audio sur notre Site www.torahdelumiere.com, et également sur le CD pour ceux qui en disposent : « Pourquoi Hachem nous a-t-Il choisi ? »

[2] Chémot 24,7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.