225e goutte d’Emouna : Même dans l’obscurité Hachem ne nous abandonne jamais

BECHEM HACHEM NAASSE VENATSLIAKH

16.04.18 ‐ 1er Iyar 5778 – 2e jour de Roch Hedesh Iyar (225ème GOUTTE) 

 

Même dans l’obscurité Hachem ne nous abandonne jamais

 

Une autre histoire peut illustrer encore notre commentaire précédent qui soutenait l’idée selon laquelle derrière chaque épreuve où l’on pourrait avoir tendance à désespérer se trouve en fait la source de toutes nos délivrances. L’épreuve à cet instant est de garder confiance dans le Tout Puissant, dans sa Tora et dans nos Sages.

On raconte qu’un père d’une famille nombreuse avait eu le mérite de fiancer 2 de ses enfants dans un intervalle très proche. Mais voilà, le mariage approchait et il n’avait pas la moindre idée comment couvrir les frais inhérents aux célébrations.

Il alla voir un des Grands Maîtres de la Tora qui lui recommanda de prendre le premier avion pour Londres. Ce bon père de famille voulut objecter qu’il n’avait pas la moindre notion de la langue de Shakespeare, mais la confiance qui l’animait eut raison de son objectivité.

Mais le Rav ne manqua pas d’étonner à nouveau en lui disant qu’il lui fallait voyager en première classe !! Trop d’honneur, mais déjà qu’il n’avait pas d’argent pour marier ses filles, alors pour payer 4 fois le prix d’un billet, mais les paroles du Rav sont sacrées, il s’exécuta.

Le Rav lui dit alors que sa tenue n’allait pas avec la First Class et qu’il fallait qu’il se procure un complet de qualité supérieur (The Kooples) et des chaussures aussi très classieuses. Notre ami comprit qu’il allait falloir s’endetter non pas seulement pour le mariage mais aussi pour le crochet à Londres. Mais la parole du Rav n’a pas de prix.

Il loua un costume trop grand sur lui, et des chaussures qui lui faisaient mal aux pieds, il n’avait pas l’habitude de cet accoutrement, et la douane s’en aperçut, ils trouvèrent cet individu suspect. On l’interrogea alors sur les motifs de son voyage, sur son habit qui semblait ne pas être approprié à sa personne, et lorsqu’on découvrit qu’il voyageait en plus en First Class, on voulut très vite voir s’il ne voyageait pas avec une somme trop importante. Quand il déclara qu’il n’avait pas un centime sur lui, c’était le comble, on procéda à une fouille vestimentaire puis corporelle. Comme on pouvait s’y attendre la police israélienne ne trouva rien, ils décidèrent alors d’ouvrir les chaussures pour voir si rien n’était caché dans la semelle. Mais là ça en était trop, voyant qu’il allait rater son vol, il dit au revoir à ses chaussures et se mit à courir en salle d’embarquement, avec son magnifique costume et pieds nus !! Il s’installa confortablement dans son siège sous le regard pour le moins surpris des passagers et des membres de l’équipage.

Il était un peu décontenancé et s’est mis à penser que finalement il allait en plus devoir rembourser le propriétaire de ces chaussures onéreuses. Son visage perdit alors de sa sérénité.

Son voisin ne put s’empêcher de questionner ce personnage énigmatique. Il lui expliqua toute son histoire, et ému devant la foi dans nos sages dont avait fait preuve ce bon père de famille, il lui signa un chèque de dizaines de milliers de livres Sterling qui lui permit de regagner Eretz Israël sans sortir de l’aéroport, avec la somme qui lui fallait pour assumer les dépenses qui lui incombaient pour le mariage de ses enfants.

Encore une fois, cette affaire des chaussures qui semblait être la goutte d’eau qui faisait déborder le vase s’est avérée être l’élément qui a sauvé ce papa, suscitant la curiosité de son voisin, qui fut touché par ce personnage et son histoire.

Nous ne devons jamais désespérer même quand les situations semblent des plus inextricables. Si le fait qu’Hachem ait pu Has vehalila nous abandonner, nous traverse l’esprit nous devons redoubler de confiance en Lui et attendre à cet instant de voir la Providence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *